Vers l’infini et au-delà !

Vers l’infini et au-delà !

15 décembre 2023 Artisanat Divers 0

Cela n’est pas dans mon habitude, mais je crois pertinent de vous partager les tourments que vit ma petite entreprise :

Fin août 2023, de retour de voyage à vélo (récit à venir), je relève mon courrier et je découvre que je dois me plier à un contrôle fiscal.

L’angoisse et la rentrée passées, j’échange avec le contrôleur (celui des impôts, rien à voir avec le train) et je lui envoie les documents demandés. Premier constat après m’être plongé dans ma compta des trois dernières années : ma rémunération a été bien plus faible que je ne le croyais. Je prends aussi conscience que mon modèle économique n’est pas viable pour l’avenir, que mon entreprise a en fait souffert de la hausse d’activité créée par la pandémie de COVID. Certes le chiffre d’affaires a été en hausse, mais c’est surtout lié à l’explosion des prix. Effet non-maîtrisé : j’ai dépassé le plafond de chiffre d’affaires que mon statut (micro-entreprise) permettait.

Début décembre, une inspectrice des impôts passe à l’atelier et m’apprend cette situation et ce qu’elle engendre : un changement de statut ne me permettant plus de rester dans un modèle sans TVA déductible. Cela induit aussi de verser à l’état toute la TVA des trois dernières années. Gloups. La nouvelle est douloureuse mais elle m’encourage à évoluer rapidement. C’est tout à fait moi ça : attendre d’être au pied du mur pour réagir. Depuis trois ans, nombreuses étaient les personnes autour de moi qui m’encourageaient à changer de statut. Elles avaient raison. Pris dans l’élan de l’atelier, la tête dans le guidon, je ne m’étais pas occupé de cette problématique.

Fin octobre, au cours d’une discussion avec un artisan cadreur, je découvre la possibilité de rejoindre une coopérative d’activités et d’emploi avec les inconvénients et les avantages que cela représente :

+

  • redécouvrir le « confort » du salariat
  • conserver son indépendance
  • déléguer la paperasse et la compta
  • rejoindre un collectif

  • des cotisations sociales et patronales importantes
  • des frais de fonctionnement

Si je calcule bien, pour me payer 1000€ nets par mois, je dois réaliser un chiffre d’affaires de 4000€. Jouable mais coton dans des temps d’inflation.

Quand j’écris ces lignes, je viens de terminer cette première journée à la coopérative.

Je découvre que tous ces écueils ne m’empêchent pas de trouver de la joie et de l’enthousiasme pour l’avenir.

J’ai plein de projets à venir, et j’adorerai pouvoir les réaliser.

J’aurai sans doute besoin de vous lecteurs et lectrices, c’est aussi ça le collectif.

Les projets joyeux vont suivre, restez dans la boucle !